Restitution, la semaine du départ

Reading Time: 2 minutes

Mise à jour 31 octobre 2021

Restitution. Certainement le mot, le plus entendu en cette semaine du 26 au 31 octobre 2021. Si la France indique « restituer une part du patrimoine culturel béninois » à son pays d’origine, plusieurs questions restent en suspens.
Retrouvez ici, différents éléments à prendre en compte pour mieux comprendre ce qui se joue.

Questions ou discussions objets de débats

  • Les conditions de conservation des œuvres sur le continent africain
  • Le caractère inaliénable du patrimoine culturel français
  • La colonisation et la protection des objets culturels
  • Des éléments cultuels et sacrés transformés en objets uniquement culturels
  • La restitution, se repentir du passé ou un regard vers un avenir commun
  • Faut-il parler de restitution, reconstruction ou de retour ?
Restitution : les 26 objets d’art et de culte qui rentrent au Bénin en 2021

Au sujet de la restitution

Pour en savoir plus sur le contexte (article datant de 2020) : Décennie 2020, restitution des œuvres d’art ?

Un documentaire à regarder sur ARTE – Restituer de Nora Philippe

Restituer – un documentaire de Nora Philippe

Au cours de cette semaine, si les termes de restitution ou retour des œuvres et objets d’art africain ont bien été présents dans les médias francophones et plus largement occidentaux, on note un manque d’explication ou simplement de précision.
Ce qui d’un côté de la Méditerranée est décrit et catégorisé comme de l’art, représente tout autre chose sur le continent qui l’a vu naître. Au-delà de l’esthétisme et de la richesse culturelle, ces pièces sont des éléments cultuels, des héritages ou encore des témoins des cosmogonies et histoires africaines.

Aussi, il n’est toujours pas question du retour des dépouilles, considérées aussi comme faisant partie du patrimoine et conservées à titre scientifique. Pourquoi les garder encore au XXIème siècle ? Ce sujet encore plus sensible reste caché, et on comprend bien pourquoi. On imagine le tolé que cela déclencherait dans l’opinion public.

Le Code du Patrimoine

Tous ces points si embarrassants ne devraient-ils pas pousser les politiques à une vraie réflexion autour du Code du Patrimoine français ?
Évaluer le contexte de sa rédaction.
Des biens obtenus de manière controversée (menace, manipulation, meutre, torture, violence, vol) ont-ils vraiment leur place dans le patrimoine public, dans les musées ?

« Les biens des personnes publiques qui relèvent du domaine public, sont inaliénables et imprescriptibles. »

article 3111-1 du Code général de la propriété des personnes publiques

« Les biens constituant les collections des musées de France appartenant à une personne publique font partie de leur domaine public et sont, à ce titre, inaliénables. »

loi du 4 janvier 2002, article 451-5 du Code du patrimoine

Maintenant, il est d’usage que les différents musées européens et occidentaux accompagnent leurs collections et expositions d’explications. On laisse une part plus importante à la pédagogie. Quelques fois, on précise le caractère raciste ou l’utilisation de termes de propagande.

Cependant, il reste exceptionnel de voir des informations sur la provenance des oeuvres.


Nous continuerons à partager des informations sur ce thème.